Retour  


 
POURQUOI LA CAMIF DIT NON AU BLACK FRIDAY
Imprimer
 
   
Date : 19/11/2018 09:32
Thème(s) :  Actualités nationales  ;  Consommation  ;  Distribution  ;  Ecologie  ;  Economie d'entreprise  ; 
Région(s) :  Auvergne Rhône-Alpes  ;  Bourgogne Franche-Comté  ;  Bretagne  ;  Centre - Val de Loire  ;  Corse  ;  Flamande  ;  Grand Est  ;  Guadeloupe  ;  Guyane  ;  Hauts-de-France  ;  Ile-de-France  ;  La Réunion  ;  Luxembourg  ;  Martinique  ;  Mayotte  ;  Monaco  ;  Normandie  ;  Nouvelle Aquitaine  ;  Occitanie / Pyrénées-Méditerranée  ;  Pays et territoires d'outre-mer  ;  Pays-de-Loire  ;  Provence-Alpes-Côte-d'Azur  ;  Région Bruxelles Capital  ;  Wallonie
 
 
 
Document(s) attaché(s) :
NOTE POURQUOI LA CAMIF DIT NON AU BLACK FRIDAY Vdf1.docx
 
Société communicante :
CAMIF.FR

66 rue Daguerre
79000 Niort
dapoignyflorence@gmail.com
www.camif.fr

Descriptif d'activité :
Créée en 1947 par des instituteurs, regroupés sous forme de coopérative pour se rééquiper après-guerre, la Camif fut l?un des fleurons de l?économie sociale et solidaire avant de connaître des difficultés, accentuées par la fin du modèle du gros catalogue de vente par correspondance, entraînant sa chute en 2008. La Camif est relancée en 2009 à Niort, dans son berceau historique, par Emery Jacquillat, fondateur de Matelsom, pionnier du e-commerce de literie. Sa conviction est alors qu?il y a une place pour la Camif, marque référente dans l'équipement durable pour la maison. Transformée en pure player agile, Camif.fr s?appuie désormais sur le CQFD : un Choix dans l?équipement de la maison (mobilier, literie, linge de maison, électroménager...) de produits de Qualité privilégiant la Fabrication Française et le Développement Durable. La responsabilité sociétale de l?entreprise est inscrite au c?ur du modèle, avec la conviction qu?il faut réinventer un mode de création de valeur partagée, où chaque action doit avoir un impact positif sur l?ensemble des parties prenantes de la C.A.M.I.F. (Clients, Actionnaires, Monde, Intérieur, Fournisseurs). La Camif croit en une consommation plus responsable et équitable, ainsi qu?en une nouvelle économie plus participative, qui s?attache à recréer du lien entre le consommateur-citoyen et le producteur. Sa mission est à l?image de sa signature : changer le monde de l?intérieur !
 
Contact presse :
Florence  EQUILIBRE - DAPOIGNY
attachée de presse
Tél. : 0660498395
dapoignyflorence@gmail.com
     
Communiqué :

 

 

                                                                                                                                                                                        19 novembre 2018

POURQUOI LA CAMIF DIT NON AU BLACK FRIDAY

 

Le 23 novembre, la Camif ferme son site pour sensibiliser les Français à la consommation responsable

Le 23 novembre prochain, la grand-messe de la surconsommation battra son plein. Le Black Friday déferlera sur la France pour nous proposer une overdose d’offres promotionnelles, soi-disant irrésistibles. Cette journée est le syndrome de la surconsommation, à l’origine des désastres écologiques et sociaux que plus personne n’ignore. Refuser cette aberration commerciale américaine est une responsabilité que doivent prendre les (e)commerçants pour inciter les Français à changer leur mode de consommation.

À la Camif, notre choix est fait depuis longtemps. Notre parti pris depuis la relance en 2009, est de proposer une offre d’équipement pour la maison de qualité, de fabrication française et durable. Engagée pour une consommation responsable, il était donc impensable pour la Camif de participer au Black Friday. C’est pourquoi, le 23 novembre prochain, notre site www.camif.fr sera tout simplement fermé à la vente.

 

3 QUESTIONS À ÉMERY JACQUILLAT, PRÉSIDENT DU SITE CAMIF.FR

Pourquoi fermer votre site ? Vous auriez pu simplement refuser de faire des promotions ?

Le Black Friday représente l’inverse de ce que nous prônons à la Camif : cette consommation rendue compulsive par un matraquage à faire perdre la raison, qui n’a aucun sens ! Notre décision de fermer notre site Camif.fr ce jour-là n’a pas pour but de culpabiliser le consommateur, mais, de lui ouvrir les yeux sur le pouvoir qui est le sien. 

Notre mission est de faire de la pédagogie autour de la consommation responsable. Fermer le jour le plus commercial de l’année est un signal fort que nous envoyons aux Français, un geste de refus destiné à éveiller les consciences. Ce que nous souhaitons faire passer comme message, c’est que non, les consommateurs ne sont pas obligés de se laisser aspirer dans la spirale de la surconsommation. Nous les invitons en premier lieu à prendre du recul par rapport à un achat trop souvent compulsif. Savez-vous que 88% des gens qui achètent un smartphone ce jour-là en ont déjà un en état de marche ? Or, il faut exploiter 200 kg de terres pour extraire les minerais rares nécessaires à la fabrication d’un tel produit. On devrait tous y réfléchir. On peut faire autre chose de son budget, on peut rester son fidèle à son bon « vieux » téléphone (dont l’âge moyen n’est pourtant que de 2 ans), le réparer… Bref, garder raison et ne pas laisser notre volonté succomber au superflu. 

Le 23 novembre, la meilleure affaire que l’on pourra donc faire pour son porte-monnaie comme pour la planète sera de ne rien acheter !

Le Black Friday est l’occasion pour beaucoup de Français de réduire leur budget consacré aux courses de Noël. Est-ce vraiment condamnable ? 

Tout d’abord, rappelons ce chiffre de l’UFC Que Choisir, qui nous alerte sur le fait que lors de ce fameux jour du Black Friday, le rabais réel n’est que de 2%. Les fausses promotions sont légion. Mais surtout, depuis la crise de 2008, les marques sont entrées dans une logique de ristournes permanentes et de course aux prix les plus bas. Les consommateurs ont oublié le coût réel des produits. Ils ont du mal à comprendre que celui-ci puisse varier du simple au double, en fonction de l’endroit où il est fabriqué, de la qualité des matériaux utilisés ou encore des bonnes pratiques RSE qui sous-tendent sa création. 

Alors, sur le moment, oui, cela lui revient moins cher. Mais, pendant ce temps, les ressources de la planète s’épuisent inexorablement, la fabrication est délocalisée pour produire toujours moins cher, détruisant nos emplois et nos savoir-faire. Le vrai coût des prix bas est d’abord social et environnemental. À moyen terme, c’est l’essentiel de la valeur créée par nos entreprises, qui se trouve concentré dans une seule main : celle des GAFA. Est-ce vraiment ce à quoi nous aspirons ? Ne devons-nous pas, au contraire, redonner du sens et de la valeur à notre consommation ? 

Ce que je voudrais, c’est que les gens prennent réellement conscience que leurs actes ont des conséquences. Mais aussi qu’ils ont un pouvoir énorme. Leur carte bleue est la première arme pour inverser la tendance : acheter c’est voter ! Choisir de consommer plus responsable, en privilégiant la qualité à la quantité, le local au lointain, les modes alternatifs (occasion, réparation…) est à la portée de tous ! À la Camif, nous défendons ces valeurs avec force et conviction. 

N’avez-vous pas l’impression d’être isolés et peu audibles face à la déferlante du Black Friday ?

En 2017, nous étions 2 à nous engager dans le « No Black Friday » avec Envie, acteur de l’économie sociale et solidaire, qui collecte et répare des équipements électroménagers pour les revendre à bas prix. En 2018, de nouvelles enseignes nous rejoignent, comme Altermundi ou encore Nature & Découvertes. Chacun fait sa part, comme le colibri dans l’histoire de Pierre Rabhi, qui tente d’éteindre l’incendie, goutte par goutte. 

Face aux dérives de la consommation, l’alternative s’organise. Je ne peux que me réjouir de constater qu’il y a une prise de conscience, qui s’amplifie chaque année. Il y a eu l’appel des 15 000 scientifiques en novembre 2017, qui plaidaient pour un changement rapide de nos habitudes de consommation et de production. Plus récemment, 13 000 étudiants ont signé le « Manifeste pour un réveil écologique », qui les engage officiellement à ne jamais travailler pour une entreprise polluante. Enfin, le mouvement #ilestencoretemps, lancé par 19 youtubeurs et diverses associations, compte déjà 162 000 adhérents, bien décidés à changer leur façon de consommer. 

C’est l’addition de ces forces, qui fera la différence. Nous souhaitons encourager toutes ces démarches positives, qui sont 100% en phase avec notre mission, inscrite dans nos statuts, (des produits bons pour l’Homme et pour la planète) et avec nos engagements (une fabrication locale et durable). Alors, qui sont les plus fous : ceux qui refusent de participer au Black Friday, comme la Camif, ou les distributeurs qui, d’une seule voix, à l’occasion d’un événement vide de sens, accélèrent la fin d’un monde, voire du monde ? 

Le 23 novembre prochain, le site Camif.fr sera donc fermé. 

Mais le siège de la Camif au 66 rue Jacques Daguerre à Niort sera ouvert au grand public. Tous les collaborateurs seront là pour vous accueillir de 10h à 13h00.  La Camif ouvre ses portes pour sensibiliser chacun à la consommation responsable autour d’ateliers et de conférences sur l’économie circulaire, le tout animé par des associations (comme Zéro Waste France), des fabricants et des collaborateurs de l’entreprise.

Participez et inscrivez-vous sur

https://www.facebook.com/events/670366890030765/

En savoir plus : WWW.CAMIF.FR  

Contact presse : EquiLibrE - Florence Dapoigny - 06 60 49 83 95 – dapoignyflorence@gmail.com

 

 

 

   
   
Retour  
  Visualisation PDF
  Télécharger Acrobat Reader