Accéder à l'Espace Datapresse  


 
COMMUNIQUE DE PRESSE - SURFRIDER ENGAGE UN RECOURS EN JUSTICE DANS L'AFFAIRE ALTEO
Imprimer
 
   
Date : 04/01/2017 09:54
Thème(s) :  Communication  ;  Développement durable  ;  Environnement  ;  Justice  ; 
Région(s) :  Occitanie / Pyrénées-Méditerranée
 
Résumé :  Surfrider a décidé d?agir en justice pour demander l?annulation de l?arrêté préfectoral du 28 décembre 2015, qui permet à l?usine Alteo de continuer à ce jour à déverser des rejets polluants en mer.
 
Société communicante :
Surfrider Foundation Europe
ggelin@surfrider.eu
 
     
Communiqué :

 
  Surfrider.eu  
4 janvier 2017
Communiqué de presse
 
 
 
    Notre blog Nous suivre sur Facebook Nous suivre sur twitter Voir nos vidéos sur Youtube Nos photos sur Instagram Google plus Linked In  
 
 
                                        

 Surfrider engage un recours en justice dans l’affaire Alteo

Les « Boues rouges » n’ont pas fini de faire parler d’elles. Si le terme n’est aujourd’hui plus d’actualité puisque l’usine Alteo a récemment cessé de déverser sous forme de boues en Méditerranée, la pollution, elle, est toujours bien réelle. Les mesures mises en place à ce jour par l’usine et l’état français sont loin d’être suffisantes et la décision prise par le préfet il y a un an sont pour nous insuffisants.
C’est pour cela que Surfrider a décidé d’agir en justice pour demander l’annulation de l’arrêté préfectoral du 28 décembre 2015, qui permet à l’usine Alteo de continuer à ce jour à déverser des rejets polluants en mer, rejets qui dépassent allégrement les normes réglementaires. Il est temps d’agir et stopper cette pollution volontaire d’une mer aujourd’hui considérée comme l’une des plus polluées au monde. 

   

CONTACTS 
Emilie CHAVAROCHE
Relations presse
echavaroche@surfrider.eu
06 08 10 58 02

Sarah HATIMI
Chef de projet qualité de l'eau
Surfrider Méditerranée
shatimi@surfrider.eu

04 88 0432 98
 

 

Plus d'informations dans notre article 
 

 
 
 
 

 

Une affaire qui dure 

Depuis 1967, l'usine d'alumine Alteo Gardanne déverse en mer Méditerranée des rejets qui remettent en question le caractère durable de cet espace protégé. Des mesures ont été prises au cours des dernières années, notamment avec l’arrêt des rejets des fameuses boues rouges. Mais alors qu’Alteo avait jusqu’à décembre 2015 pour se mettre en conformité avec les textes en vigueur, l’entreprise a bénéficié d’une dérogation grâce un arrêté préfectoral. Cet arrêté lui donne un délai de 6 ans pour améliorer ses rejets et se mettre en conformité vis-à-vis de la Convention de Barcelone. Ce qui signifie que l’usine est autorisée à  déverser des rejets sous forme liquide, pour lesquels des  analyses ont démontré qu’ils dépassaient, et cela de très loin, les seuils imposés.

Demande d'annulation de l'arrêté préfectoral

Une décision inadmissible pour Surfrider qui, avec d’ autres associations (FNE, et la LPO), a décidé de déposer un recours en justice contre cet arrêté. Surfrider demande son annulation pure et simple,  afin que les rejets cessent et que la Convention de Barcelone qui vise à protéger la Méditerranée soit respectée.

 « Il est grand temps pour l’industriel de prendre ses responsabilités, car dérogations après dérogations, rien ou peu ne se passe ! Il faut stopper la pollution et prendre des mesures concrètes au bénéfice de notre environnement littoral et marin. Nous avons décidé de ne plus jouer le jeu de l’industriel, si des emplois dépendent de l’activité industrielle de Gardanne, d'autres sont directement liés à l’état de notre environnement et de la qualité de l’eau (tourisme, pêche, etc.) Rappelons de plus que ces emplois sont de la responsabilité de l’industriel, qui aurait dû profiter de ces 20 dernières années pour se mettre aux normes. Nous considérons que protection de l'environnement et emploi ne doivent pas être opposés, et appelons à l'adoption d'une vision globale et durable de la situation. C'est aujourd’hui à Alteo de trouver des solutions adaptées pour être en accord avec la réglementation, et préserver les emplois» explique Sarah Hatimi, chef de projet qualité de l’eau au bureau Surfrider Méditerranée.

Avec ce recours en justice, Surfrider demande à ce que des mesures soient prises dès maintenant pour la protection et la sauvegarde de la Méditerranée. 

 
 
 
 
  Surfrider.eu   Surfrider Foundation Europe est une association environnementale loi 1901 créée en 1990 en France (Biarritz). Elle s’est dotée, au cours de son existence, de réelles expertises dans les domaines de la recherche, de l’action locale, ainsi que dans la création et la diffusion d’outils pédagogiques. Elle rassemble aujourd’hui un réseau de 700 bénévoles, 10 500 adhérents et 120 000 sympathisants autour d’une quarantaine d’antennes locales, actives dans douze pays d’Europe. En savoir plus : www.surfrider.eu  
 
 
   
   
Accéder à l'Espace Datapresse  
  Visualisation PDF
  Télécharger Acrobat Reader